top of page
Rechercher

Une approche de Design Thinking dans votre séminaire d’équipe, pourquoi pas ?

Dernière mise à jour : 14 déc. 2023




Vous repérez que votre équipe a besoin de prendre de la hauteur. Elle tourne en boucle sur des sujets qui mériteraient pourtant d'être résolus rapidement.

Et si le Design Thinking était la solution ?


Le Design Thinking est une méthodologie venue tout droit de la Silicon Valley.

C'est l'entreprise IDEO – agence d'innovation située en Californie – qui a popularisé le Design Thinking en démocratisant les principes de création des designers.

 

Cette méthode aide à développer sa créativité (ou celle de l'équipe) et à voir les choses différemment.

 

Elle montre pas à pas comment transformer une contrainte en opportunité, solutionner des problèmes de façon innovante & apprendre de ses erreurs en prenant en compte un feedback constructif.

 

La méthodologie du Design Thinking comporte entre 3 et 5 étapes.

 

Ce qui compte, ce n'est pas tellement le nombre d'étapes, mais plutôt le processus d'ouverture et de fermeture, de divergence et de convergence, de décentrage et de recentrage, qui s'alterne d'une étape à l'autre.

 

Si vous optez pour ce type de séminaire, il vous faut, en amont, parvenir avec votre équipe à formuler LE problème à travailler.

Cela doit commencer par :

« Nous rêvons que / Nous aimerions que…"

"Ce qui nous énerve c'est que…"

 

Ensuite, avec votre équipe, transformez ces phrases en défi à relever (c'est ce qui vous permet de passer du problème au challenge) en formulant des questions qui commencent par "Comment pourrait-on…?".

 

C’est à ce moment-là, que vous pourrez faire appel à votre intervenant en Design Thinking et le briefer pour qu’il puisse animer ce séminaire dans le cadre apporté.

 

Quelles sont les grandes étapes de ce type de séminaire (format d'une journée) ?

 

PHASE 1 : ENTRETIENS EMPATHIQUES pour comprendre le challenge

Il s'agit de rentrer dans la peau de tous ceux qui rencontrent ce problème et qui s’en trouvent particulièrement ennuyés, de percevoir les sentiments (désirs, peurs, contraintes, attentes…) liés à ce problème, d’écouter ces personnes qui sont intéressées par sa résolution.

Ici, c’est un temps de partage en petits groupes de 2 à 5 personnes. Avec un rythme de rotation impulsé par l’intervenant.

Mais avant de rencontrer "les autres", il sera demandé à chacun, individuellement, de :

Noter/lister :

•        Ce que je connais déjà sur le sujet

•        Ce sur quoi j'aimerais avoir plus d'information


Maintenant, les rencontres peuvent commencer, des rencontres réfléchies, c'est à dire que chacun.e, au préalable, identifie la/les personnes qui pourraient l'aider à mieux comprendre le problème, une fois cela fait, les entretiens d'échange démarrent.

 

Le but est d'avoir une vision d'ensemble du problème et de commencer à se séparer de ses idées préconçues vis à vis du problème.

Cette phase invite à l’empathie, et à une posture d'ouverture.

 

PHASE 2 : DÉFINIR LE PROBLÈME (composition de deux équipes)

À ce stade, chacun.e a une meilleure compréhension du sujet.

L’objectif ici est de clarifier, formuler le problème de façon plus pertinente.

Pour cela, chacun.e va reprendre ses notes et va classer avec son équipe les informations pertinentes relevées lors des entretiens.

 Exemple :

•        Anecdote marquante, remarque intéressante, question, frustration, thème récurrent…

Et puis ensuite, chacun.e va en déduire le fond du problème, un volontaire partagera le constat et les informations de son équipe.

Puis écoute de l’équipe n°2 dans la formulation du problème.

L’intervenant demandera d’utiliser des Post-it® et des couleurs pour mettre en avant les remarques pertinentes qui ressortiront des présentations.

L’intervenant proposera de regarder s'il y a des choses surprenantes, inattendues, des contradictions, voire des révélations pour enfin les fusionner et mettre l'équipe sur une très bonne piste pour formuler définitivement la problématique-opportunité.

Pour terminer cette phase 2, la problématique-opportunité sera :

  1.  Dessinée et schématisée

  2.  Expliquée

 

PHASE 3 : BRAINSTORMING /RECHERCHE D’IDÉES

Objectif : trouver des solutions au problème identifié à l'étape précédente.

et aussi, RETOURNER LE PROBLÈME DANS TOUS LES SENS !

Il s'agit de générer le maximum d'idées. Il est utile d'envisager tous les angles et d'intégrer si besoin les principes de la pensée divergente, pour arriver à toutes sortes d'idées.

L’intervenant questionne :  

Ex : "Comment pourriez-vous …. ?"

Les réponses seront reportées au paper.

Puis, l'intervenant ajoute des contraintes pour envisager toutes sortes de solutions.

Enfin, le challenge peut être contextualiser. 

L'équipe sélectionne par vote les post-it des meilleures idées.

Les 3 meilleures idées seront retenues.

Pour chacune de ces 3 idées, les 3 sous-groupes réaliseront un schéma (afin d'en avoir une perception compréhensible immédiate), un concept en une phrase (un peu à la façon d'un slogan), les valeurs ajoutées, les besoins pour développer cette solution, les contraintes et freins pour développer cette solution.

‌Pour finir, après les 3 présentations, l'équipe ne sélectionnera qu'une idée.

 

PHASE 4 : CONCEVOIR UNE SOLUTION SUR MESURE

Après cette phase de créativité très rafraîchissante, l'équipe entre dans la phase de conception de la solution dans sa version bêta : le prototype.

On parle aussi de maquette ou de travail de représentation graphique.

Un prototype, par définition n'est pas une solution finie, c'est une première version, un modèle, un exemple que l'on appréhende via une représentation visuelle et qui permet de visualiser à quoi ressemblera le final.

En fait, l'équipe, successivement, réalise plusieurs prototypes : le premier sera quasiment un brouillon. 

Le but est simplement de pouvoir montrer, expliquer vers quoi l'équipe va et de le tester (phase 5).

Vous êtes dans la boucle prototype-test-prototype-test-prototype…

Là, nous ferons deux équipes, qui expliqueront, après leur travail de conception, leurs solutions au problème. L’autre équipe donnera du Feed-back constructif (5 è PHASE :TEST : récupérer le feed-back et améliorer).

 

Pendant cette dernière phase, il sera demandé à tous d’être pleinement présents, d’entendre les remarques, d’accepter la critique et d’être tolérants. Ce n’est pas toujours évident !

 

La journée se termine, et la contrainte de départ s’est transformée en opportunité ! Le problème a trouvé sa solution de façon innovante, l’équipe a appris de ses erreurs en prenant en compte le feedback constructif qui lui a été donné.

La dynamique est relancée !

 

Un beau programme, intense en émotions, qui vient stimuler l’implication de toutes et tous ; qui permet à chacun.e de parler de sa réalité, de ses difficultés rencontrées, et au reste de l'équipe d'aider, de transformer, d'upgrader le fonctionnement actuel.


Le Design Thinking est une méthode valorisante,engageante, responsabilisante, qui apprend à l’équipe comment se challenger et solutionner une problématique.


Belles pratiques !


Nathalie Parlier

Co-fondatrice et co-gérante du cabinet de conseil et de formation Koban

Management-Leadership-Bien-être au travail.

Consultante, formatrice, coache, thérapeute.

 



29 vues0 commentaire

Comments


bottom of page